Crème brûlée de la garrigue

Crème brûlée 1

Avec le printemps, le soleil refait son apparition… il ne manque que quelques saveurs dans nos assiettes pour se croire dans le Sud… cette crème brûlée parfumée lavande et romarin vous y emmène, le temps d’un dessert gourmand !

Avis aux mamans gourmandes et lectrices de mes petites proses culinaires, c’est une recette ultra rapide, seule la cuisson demande du temps (c’est une recette du sud, on prend son temps…), mais vous pouvez vous occuper pendant ce temps, pas besoin d’être derrière le four !

Ingrédients :

  • 3 jaunes d’œuf.
  • 4 gouttes d’huile essentielle de lavande officinale.
  • 12 cl. de crème liquide.
  • 10 cl. de lait demi-écrémé.
  • 30 gr. + 3 cc. de sucre cassonade fin.
  • 1 tige de romarin frais.

Préparation : 5 minutes.

Temps de cuisson : 50 minutes.

Temps de repos : 4 heures minimum; une nuit entière c’est préférable, pour que les saveurs se développent…

Matériel : une jatte, un plat allant au four, deux ramequins bas, un fouet, un petit chalumeau.

 

– Préchauffez votre four à 110°C.

– Dans la jatte, fouettez les jaunes d’œuf avec les 60 gr. de sucre jusqu’à ce que le mélange « blanchisse ».

– Ajoutez les gouttes d’huile essentielle. Mélangez.

– Ajoutez la crème, puis le lait en versant en filet. Remuez doucement, votre mélange ne doit pas mousser.

– Versez dans des ramequins bas (la quantité indiquée ci-dessus correspond à deux ramequins).

– Ciselez finement les brins de romarin et parsemez-les sur les crèmes.

– Posez les ramequins dans le plat supportant la chaleur du four.

– Remplissez le plat d’eau chaude jusqu’au 2/3 de la hauteur des ramequins pour cuire les crèmes au bain-marie.

– Posez délicatement le plat dans le four.

– Baissez la température à 100°C et laissez cuire durant 50 minutes.

– Sortez les crèmes du four. La crème doit être juste prise, mais pas ferme.

– Laissez reposer à température ambiante avant de placer au réfrigérateur pour 4 heures au moins.

– Juste avant de servir, saupoudrez de 3 cc. de sucre et passez sous la flamme du chalumeau pour former une croûte caramélisée. Si vous n’avez pas de chalumeau, placez vos crèmes saupoudrées de sucre sous le grill très chaud de votre four, pendant 4 minutes.

Régalez-vous !

crème brûlée 2

crème brûlée 4

crème brûlée 3

Publicités

Burger Versailles

Buger Versaille 1

Une envie de faire des macarons, une recette salée, des essais de combinaison de saveurs pour un concours, une discussion entre amis autour d’un burger cuisiné… voilà comment cette idée a germé dans mon esprit aujourd’hui. Un cœur de filet de poulet, une sauce tomate & mozzarella, et un macaron moelleux rehaussé de piment d’Espelette donnent ses lettres de noblesse à ce burger. J’ai donc décidé de l’appeler Burger Versailles, puisqu’en 1660, un pâtissier basque, M. Adam, offrit des macarons à Louis XIV pour son mariage.

Cette recette est un peu délicate puisqu’elle nécessite de maîtriser les macarons, mais le mélange sucré-salé est vraiment très intéressant ! Contrairement au traditionnel burger, faites aussi attention au fait que cette recette prend un peu de temps, elle s’apparente plus à de la » Low Food » !

Coques de macarons :

  • 200 gr. de sucre glace.
  • 150 gr. de poudre d’amandes.
  • 135 de blancs d’œuf vieillis un jour à température ambiante.
  • 85 gr. de sucre cristallisé.
  • 1 cs. de concentré de tomates.
  • 2 cc. de sablon de tomates.
  • 2 cc. de sel.
  • 1 pincée de piment d’Espelette.

Préparation : 30 minutes.

Temps de repos : 20 minutes.

Temps de cuisson : 13 minutes.

Matériel : une poche à douille, trois plaques de four, un batteur électrique, un robot-coupe, une maryse, un tamis, un pilon, du papier sulfurisé.

Avec un robot-coupe, réduisez la poudre d’amande en poudre très fine.

Tamisez le sucre glace et la poudre d’amande sur un papier sulfurisé.

Montez les blancs en neige, serrez-les avec le sucre et le sel et le sablon.

Mélangez 2 minutes.

Incorporez le sucre glace et la poudre d’amande au blancs à l’aide d’une maryse.

Ajoutez le concentré de tomates.

Macaronnez la préparation (rabattre délicatement la préparation sur elle-même en prenant l’ensemble de la masse, l’appareil doit devenir moelleux et brillant et réaliser un ruban).

Mettez votre four à préchauffer à 160 °C sur chaleur tournante avec une plaque du four retournée à l’intérieur.

Remplissez une poche à douille avec le mélange à macarons.

Préparez une plaque de cuisson avec du papier sulfurisé. Glisser en dessous le gabarit de la taille de vos coques afin de vous aider à réaliser des coques bien rondes et de taille uniforme.

Maintenez le papier collé avec un peu d’appareil aux 4 coins de la plaque.

Couchez les macarons en veillant à ce que la douille, inclinée verticalement, touche presque le papier.

Tapez doucement la plaque sur le plan de travail pour éliminer les bulles d’air.

Laissez croûter les coques à l’air libre durant 20 minutes.

Saupoudrez les coques de piment d’Espelette en poudre (réduisez le piment sec en poudre fine à l’aide d’un pilon si nécessaire).

Enfournez à 160°C entre 12 et 15 minutes (selon la taille des coques et votre four).

Durant la cuisson, ouvrez plusieurs fois la porte du four pour évacuer l’humidité responsable des craquelures sur le dessus des coques.

Sortez du four, détachez les coques du papier cuisson et réservez-les sur une grille à pâtisserie (si les coques se détachent mal, elles ne sont pas assez cuites, prolongez la cuisson).

Crème tomates-mozzarella :

  • 100 gr. de beurre.
  • 120 gr. de mozzarella.
  • 10 cl. de crème demi-écrémée.
  • 3 cs. de double concentré de tomates.
  • 2 cs. de piment d’Espelette en poudre.
  • 1 œuf.
  • 1 cs. de fécule de maïs (Maïzena).
  • 1 pincée de sel.
  • 2 tours de moulin de poivre.

Préparation : 10 minutes.

Temps de cuisson : 5 minutes 2x.

Matériel : une casserole, un fouet, une jatte.

Versez la crème et la mozzarella coupée en petits morceaux dans la casserole, avec le beurre également coupé en parcelles et le piment d’Espelette.

Portez à ébullition et laissez bien fondre la mozzarella. Votre mélange doit être bien homogène et lisse.

Ajoutez le concentré de tomates.

Retirez du feu et transvasez dans la jatte.

Lavez la casserole et portez de l’eau à ébullition.

Posez la jatte au dessus, au bain-marie.

Incorporez l’œuf entier et battez-bien.

Ajouter la fécule de maïs dissoute dans quelques gouttes d’eau.

Mélangez jusqu’à ce que le mélange épaississe.

Retirez du feu. Réservez.

Coeur de filet de poulet :

  • Deux beaux filets de poulet.
  • 3 cs. de cognac.
  • sel & poivre.

Temps de préparation : 2 minutes.

Temps de cuisson : 12 minutes.

Matériel  : poêle, emporte-pièce rond de 8 cm. de diamètre, un couteau, des allumettes.

Dans les filets coupez deux beaux ronds en posant l’emporte-pièce et en découpant autour avec la pointe du couteau.

burger versailles coeur de filet

Faites chauffer la poêle.

Déposez le poulet une fois la poêle chaude.

Une fois cuits, versez le cognac, flambez.

Salez et poivrez à convenance.

Dressage :

  • 2 piques en bois.
  • 2 petits piments doux.
  • 2 poignées de mesclun de salades.
  • du vinaigre balsamique tomate.

Préparation : 2 minutes.

Sur une assiette, tracez deux lignes de vinaigre.

Déposez une poignée de salade.

Déposez deux coques de macarons retournées (une petite et une grande).

Déposez de la sauce sur les coques.

Refermez la petite coque.

burger versailles petit macaron

Sur la grande coque garnie de sauce, déposez délicatement le cœur de filet de poulet avec le jus de cuisson.

Disposez encore un peu de sauce tomate mozzarella.

Refermez avec une grande coque.

Lavez les piments doux, piquez-les sur les tiges en bois et piquez le centre du grand macaron.

Servez immédiatement et savourez ce sweet, salty’n’spicy Burger Versailles !

Burger Versailles 2

Fashion Croc’Cake

croc cake 3

J’ai chipé l’idée de ce croque-monsieur mis en cake sur le site d’Anne-Sophie « Fashion Cooking », alors que je cherchais quelque chose de vite préparé, original, facile à manger avec les doigts et assez complet pour un apéritif dînatoire avec nos voisins. Il a fait fureur !

J’ai quelque peu adapté la recette par rapport à celle d’Anne-Sophie en … ajoutant des légumes (!) et en réduisant les matières grasses. Ainsi je préfère utiliser du pain complet, alléger la recette par l’ajout de lait à la place d’une partie de la crème, ajouter de la ciboulette, des champignons de Paris émincés et des lamelles de courgette grillées, Enfin je remplace le roquefort par du chèvre, question de goûts personnels. Vous pouvez aussi l’adapter en remplaçant le jambon par du saumon, par du jambon cru, voire par du salami.

Ingrédients :

  • 12 tranches de pain de mie complet.
  • 8 tranches de jambon blanc découéné.
  • 4 œufs.
  • 7 cl de crème entière liquide.
  • 20 cl de lait demi-écrémé.
  • 100 gr. de chèvre frais type Chavroux® (si vous voulez donner plus de goût je vous conseille d’utiliser la Tendre Bûche Chavroux® découennée).
  • 1 bouquet de ciboulette.
  • 1 courgette.
  • 4 champignons de Paris
  • 1 paquet de carrés de fromage fondu (de type Gruyère, Cheddar ou Emmental).
  • 1 noix de beurre.
  • sel & poivre.
  • une pincée de Grana padano râpé (facultatif).

Temps de préparation : 20 minutes.

Temps de cuisson : 45 minutes et 5 minutes supplémentaires (facultatives).

Matériel : une casserole, un fouet, une planche à découper, une poêle, un moule à cake rectangulaire.

Préchauffez le four à 180°, en mode air pulsé.

Déposez 3 tranches de pain sur la grille et faites-les légèrement griller.

Dans une casserole, faites fondre le chèvre frais en morceaux (en tranches découennées si vous utilisez la bûche de chèvre) dans la crème et le lait. Laissez bien fondre le fromage, mélangez pour obtenir une crème homogène et retirez du feu. Laissez tiédir.

Pendant ce temps, coupez la courgette en fines tranches dans la longueur. Grillez rapidement la courgette dans une poêle. Réservez.

Émincez les champignons.

Ajoutez les œufs dans la préparation crème de chèvre, fouettez vivement pour que l’ensemble soit lisse. Salez et poivrez. Rectifiez l’assaisonnement selon vos goûts.

Dressez le cake: Beurrez le moule à cake.

Disposez les tranches de pain pré-grillées au fond du moule à cake, en les taillant si nécessaire à la taille du moule.

Alternez pain, crème de chèvre, ciboulette ciselée, jambon, carrés de fromage fondu, courgette, champignons et ciboulette, puis enfin encore de la crème de chèvre. Répétez ces couches jusqu’en haut du moule (j’arrive à faire 3 étages). N’hésitez pas à couper au fur et à mesure les divers éléments si nécessaire.

Terminez par une couche de pain. Beurrez légèrement le dessus la dernière couche de pain.

Enfournez à 180°C pour 45 minutes. A mi-cuisson, couvrez le cake de papier alu afin que les tranches de pain du dessus ne brûlent pas.

Sortez le cake et laissez-le tiédir 5 minutes avant de le démouler.

Si vous le voulez, vous pouvez remettre le cake au four 5 minutes sans moule, après l’avoir saupoudré du parmesan râpé, afin de former une croûte dorée et croustillante…

Vous pouvez servir le Fashion Croc’Cake chaud immédiatement, en coupant de belles tranches ou réchauffé le lendemain, voire froid.

croc cake 1

croco cake 2

Moelleux Forêt Tropicale

forêt tropicale I

De la traditionnelle Forêt Noire, l’idée m’est venue de mélanger les baies de nos bois avec les fruits des forêts tropicales, en particulier la mangue que j’adore ! Il en résulte ce moelleux aux baies des bois (myrtilles, framboises, mûres) fourré et surmonté d’une ganache ivoire à la mangue, terminé par un miroir à la mangue, décoré par le mariage de beaux filets de mangue fraîche et de baies… J’ai donc baptisé ce gâteau une « Forêt tropicale » !

Temps de préparation: 60 minutes.

Temps de repos : 4 heures minimum, de préférence, une nuit.

Temps de cuisson : 70 minutes au four et 4 minutes env. sur la plaque.

Moelleux aux baies des bois :

  • 150 g de beurre mou.
  • 140 g de sucre cristallisé.
  • 1 pincée de sel.
  • 4 œufs.
  • 200 g de farine blanche.
  • 1 cc. de poudre à lever.
  • 130 g de myrtilles.
  • 130 gr. de mûres.
  • 140 gr. de framboises.

Matériel : deux jattes, un fouet, un moule à gâteau, une grille à pâtisserie.

– Préchauffez le four à 180°C en position chaleur tournante.

– Mettez le beurre dans un grand bol, incorporez au fouet le sucre et le sel.

– Incorporez les œufs un par un, travaillez jusqu’à ce que l’appareil blanchisse.

– Dans une autre jatte, mélangez farine, poudre à lever et les trois sortes de baies.

– Incorporez le second mélange à la masse beurre-oeufs-sucre avec une spatule.

– Répartissez la pâte dans le moule.

– Enfournez pour 65 minutes dans la moitié inférieure du four préchauffé à 180° C. Vérifiez la cuisson à l’aide d’un cure-dent ou de la pointe d’un couteau qui doit ressortir sèche (évtl. tachée de baies mais sans pâte collante dessus).

– Sortez le moelleux du four, laissez tiédir un peu, démoulez sur une grille, laissez refroidir au moins 1 heure.

Ganache mangue :

  • 200 gr. de chocolat ivoire
  • 100 gr. de crème fleurette entière BIO
  • 100 gr. de mangue fraîche

– Épluchez la mangue, prélevez la chaire et mixez pour obtenir de la pulpe.

– Faites fondre le chocolat au bain-marie. Réservez.

– Portez la crème à ébullition. Versez-la en trois fois sur le chocolat ivoire. Émulsionnez bien pour que le mélange soit lisse et homogène.

– Ajoutez la pulpe de mangue et mélangez bien, sans incorporer d’air dans la ganache.

– Réservez à température ambiante.

– Découpez le moelleux aux baies des bois en deux horizontalement.

– Garnissez le moelleux de ganache. Reposez la partie supérieure.

– Étalez le reste de ganache sur le dessus du moelleux.

– Laissez reposer au réfrigérateur pendant 2 heures.

Miroir mangue :

  • 80 gr. mangue.
  • 1 trait de jus de citron vert.
  • 1 cc. de sucre glace.
  • 1 poignées de baies des bois.
  • 1/2 feuille de gélatine (1 gr.).

– Plongez la demi feuille de gélatine dans un bol d’eau froide durant 5 minutes au moins, pour qu’elle ramollisse.

– Épluchez la mangue. Découpez de beaux filets dans la chair et réservez-les au frais. Mixez le reste de chair avec son jus et le jus de citron afin d’obtenir un coulis. Il vous faut environ 100 ml. de coulis.

– Portez le coulis à ébullition avec le sucre, retirez de la plaque. Incorporez la gélatine. Mélangez bien, il faut que la gélatine soit entièrement dissoute.

– Laissez tiédir quelques minutes.

– Sortez le moelleux du réfrigérateur.

– Coulez le miroir sur la ganache mangue supérieure.

– Lissez bien à l’aide d’une spatule.

– Placez au frais quelques minutes.

– Avant que le miroir soit pris, décorez avec les filets de mangue fraîche réservés et des baies des bois.

– Remettez au réfrigérateur au moins 2 heures, de préférence la nuit entière.

Avant de servir vous pouvez décorer de quelques copeaux de chocolat ivoire.

forêt tropicale V

forêt tropicale II

forêt tropciale III

Cannelé bordelais et ses variations

canneles2

Le grand classique de mon répertoire!

J’ai découvert les cannelés lorsque mon mari est retourné en week-end à Bordeaux voir des amis d’étude, il y a quelques années. Il m’a rapporté une jolie boîte de ces spécialités (de la maison Baillardran: voir Liens gourmands). J’ai adoré le croquant extérieur et le moelleux à l’intérieur avec ces notes de rhum et de vanille ! J’ai donc cherché des recettes et mis au point celle qui me convient. La voici !

Cette recette a l’avantage de vous permettre d’utiliser des jaunes d’œufs qui vous restent (spécialement si vous avez essayé la recette précédente : https://flagrantdelis.wordpress.com/2014/03/09/fraicheur-orange-sanguine-fleur-doranger/ , laquelle nécessite d’utiliser que les blancs pour la dacquoise et la meringue!)

Ingrédients :

  • 45 cl de lait demi-écrémé.
  • 150 gr. de sucre de canne brut en semoule fine.
  • 150 gr. de farine blanche.
  • 45 gr. de beurre doux.
  • 15 gr. de beurre demi-sel.
  • 3 jaunes d’œuf.
  • 3 cs. de rhum agricole.
  • 1/2 cc. de poudre de vanille bourbon BIO (à défaut, une gousse de vanille que vous fendez dans la longueur avant de la mettre infuser).

Préparation : 15 minutes.

Temps de repos : 24 heures.

Cuisson : 65 minutes au four.

Matériel : une casserole, une jatte, un fouet, des moules en silicone 8x taille originale ou 30 x taille bouchée, une grille à pâtisserie.

– Portez à ébullition le lait avec la poudre de vanille (ou la gousse fendue dans la longueur).

– Éteignez la plaque de cuisson, laissez infuser, puis ajouter les deux sortes de beurre coupés en parcelles pour le faire fondre.

– Laissez tiédir.

– Dans une jatte, mélangez la farine, le sucre et les jaunes d’œuf. Votre mélange sera un peu grumeleux, il ne faut pas vous en inquiéter.

IMG_4912

– Une fois le lait vanillé-beurre bien refroidi, versez lentement sur le mélange farine-sucre-oeuf. Versez en plusieurs fois. La pâte est très liquide, à nouveau, ne vous inquiétez pas, c’est normal.

– Ajoutez le rhum.

– Placez dans un récipient pouvant aller au réfrigérateur et laissez ainsi reposer au frais durant 24 heures. Il ne faut absolument pas négliger cette étape, capitale pour la réussite de vos cannelés !

– Le lendemain : préchauffez votre four à 240°C position chaleur tournante.

– Sortez votre préparation du réfrigérateur, mélangez bien une nouvelle fois. La pâte est toujours liquide.

– Versez le mélange dans des moules en silicone, en remplissant pas tout à fait jusqu’en haut (à 1/2 cm. du bord supérieur). Si vous utilisez des moules en cuivre ou en aluminium, il faut les beurrer au préalable.

– Enfournez durant 10 minutes à 240°C, puis baissez la température de votre four à 180°C et poursuivez la cuisson pendant encore 50 minutes (s’il s’agit de cannelés moyens, si vous faites des minis, il faut réduire le temps de cuisson à 30 minutes environ, 4 minutes à 240°C et 26 minutes à 180°C).

– Sortez les cannelés du four et démoulez-les immédiatement sur une plaque recouverte d’une natte à pâtisserie.

– Remettez au four pour 5 minutes maximum, afin de faire dorer et caraméliser la croûte de vos cannelés.

Cette étape (remettre au four pour dorer) peut s’avérer superfétatoire si vous avez des moules en cuivre ou en aluminium. Elle est nécessaire pour les moules en silicone qui ont l’avantage de ne pas nécessiter l’ajout de matière grasse supplémentaire, mais qui ont l’inconvénient d’empêcher une belle croûte croustillante et dorée. Pour y remédier, il suffit de repasser les cannelés au four quelques minutes !

– Sortez les cannelés bien dorés du four et déposez-les sur une grille à pâtisserie pour refroidir.

canneles1

canneles4

 

Variantes du traditionnel cannelé

Variante I
« Amande & Vanille »                           RECETTE SANS LACTOSE

IMG_4894

Il me restait du lait d’amande BIO sans sucres ajoutés et j’avais envie de tester une variante des traditionnels cannelés, alors voici ma recette des cannelés à l’amande et vanille :

  • 45 cl de lait d’amande BIO sans sucres ajoutés.
  • 150 gr. de sucre de canne brut en semoule.
  • 150 gr. de farine blanche.
  • 45 gr. de beurre doux.
  • 15 gr. de beurre demi-sel.
  • 3 jaunes d’œuf.
  • 1 cs. d’amaretto.
  • 1 cs. de rhum agricole.
  • 1 cc. d’arôme d’amandes amères.
  • 1/2 cc. de poudre de vanille bourbon BIO (à défaut une gousse de vanille).

– Procédez de la même manière que pour les cannelés bordelais traditionnels, mais remplacez le lait et le rhum, respectivement pas le lait d’amande et par l’amaretto, le rhum et l’arôme d’amande !

Note : du fait de l’absence de lactose dans le lait d’amande, la croûte de vos cannelés ne sera pas aussi caramélisée que celle des cannelés traditionnels, puisque le lactose, qui est un glucide naturel permettant la caramélisation, est absent de la recette de cette variante. Cependant si vous respectez bien la cuisson en deux temps, vous pouvez quand même obtenir une jolie croûte dorée (un peu plus sèche que celles des cannelés bordelais traditionnels) et un intérieur moelleux…

IMG_4896

IMG_4893

Variante II
« English cannelés »

J’ai aussi testé une variante en remplaçant la vanille par du thé « English breakfast » que j’ai mis dans un sachet pour le faire infuser dans le lait. Retirez votre boule à thé ou sachet avant de mettre le beurre en parcelles à fondre. J’avais remplacé le rhum par de l’amaretto, mais vous pouvez essayer avec du whisky pour un côté « very scottish », isn’t it !

 

Un peu d’histoire…

Le cannelé a pris naissance au XVIème siècle à Bordeaux dans le couvent des Soeurs annonciades, lesquelles récoltaient la farine dans les cales des bateaux et confectionnaient ce petit gâteau pour les plus démunis de la ville. Ce délice doit son nom à la forme des moules utilisés.
(Source : site internet Baillardran)

Fraîcheur orange sanguine – fleur d’oranger

IMG_4935

Je vous propose une recette que j’ai improvisée hier après-midi dans ma cuisine. J’avais envie de créer un dessert léger avec les belles oranges sanguines que j’avais achetées. J’ai ajouté la douceur de la fleur d’oranger et le croquant des noisettes pour cette recette sans lactose, sans gluten et sans colorants artificiels !

Dacquoise :

  • 3 blancs d’œufs.
  • 1 pincée de sel.
  • 15 gr. de sucre cassonade fin.
  • 100 gr. de noisettes moulues.
  • 70 gr. de sucre glace.
  • 1 poignée de noisettes sans coquille (env. 8 noisettes).
  • 1 pincée de sel

Préparation : 10 minutes.

Temps de cuisson : 20 minutes.

Matériel : 5 petits cadres à pâtisserie (ronds ou rectangles) en inox, un batteur électrique, une maryse, une natte à pâtisserie en silicone ou, à défaut, du papier sulfurisé, un plat.

– Préchauffez votre four à 180° C.

– Montez les blancs en neige assez ferme avec le sucre cassonade semoule et le sel.

IMG_4914

– Mélangez le sucre glace et les noisettes moulues. Incorporez ce mélange aux blancs en neige, à l’aide d’une spatule.

IMG_4915

– Posez la natte à pâtisserie sur la plaque du four et déposez les cadres à pâtisserie dessus.

IMG_4916

– Versez la pâte dans les cadres. Égalisez avec la maryse.

– Déposez sur votre pâte les noisettes préalablement grossièrement concassées.

IMG_4920

– Enfournez pour 20 minutes. Le dessus doit être doré.

– Laissez refroidir 5 minutes, puis retirez les cadres et décollez vos petites dacquoises de la natte.

– Déposez les dacquoises sur une voilette pour refroidir.

Gelée oranges sanguines fleur d’oranger :

  • 3 oranges sanguines
  • 2 cs. l’eau de fleur d’oranger.
  • 1 cc. de sucre cassonade fin.
  • un trait de jus de citron vert.
  • 3,5 feuilles de gélatine.

Préparation : 15 minutes.

Temps de repos : dans l’idéal, 1 nuit au réfrigérateur, mais au moins 3 heures.

Matériel : une casserole, un bol, un fouet, un presse-agrumes, une passoire fine, des cadres à pâtisserie.

– Placez les feuilles de gélatine dans le bol et couvrir d’eau froide. Laissez tremper au moins 5 minutes.

– Pressez les oranges sanguines et les passez dans la passoire pour éviter d’avoir des pépins.

– Ajoutez la fleur d’oranger et le jus de citron. Vous devriez avoir 250 ml de liquide.

– Versez le jus d’orange fleur d’oranger dans la casserole et ajoutez le sucre. Mélangez et faites chauffer. Portez à ébullition et retirez la casserole du feu.

– Essorez les feuilles de gélatine dans la main et ajoutez-les une à une au jus chauffé.

– Mélangez bien pour que la gélatine soit bien dissoute et intégrée à la pulpe.

– Laissez tiédir jusqu’à ce que le jus commence à se figer, en remuant de temps en temps.

IMG_4922

– Replacez les cadres à pâtisserie nettoyés autour des petites dacquoises.

IMG_4921

– Coulez la gelée sur les biscuits dacquoise. Égalisez.

Il est possible que de la gelée coule autour du biscuit dans le cadre. Ne vous inquiétez pas. Cela va « enrober » le biscuit et non faire deux couches bien nettes, mais c’est également joli. Si cela vous ennuie, vous pouvez l’éviter en ne posant la deuxième couche que lorsque la gelée est déjà bien figée et ne risque plus de couler.

– Faites prendre au réfrigérateur toute une nuit, ou au moins 2 heures.

Meringue italienne à la fleur d’oranger :

  • 30 gr. de blanc d’œuf (soit le blanc d’un œuf).
  • 60 gr. de sucre semoule.
  • 1 cs. de fleur d’oranger.
  • 2 cs. d’eau froide.

Préparation : 10 minutes.

Temps de cuisson : 2-3 minutes.

Matériel : une jatte, une casserole, un robot ménager, un thermomètre, une poche à douille, un petit chalumeau.

– Séparez le blanc du jaune et pesez votre blanc d’œuf.

– Mélangez le sucre, l’eau de fleur d’oranger et l’eau dans une casserole.

– Commencez à monter le blanc en neige dans le robot.

– Faites chauffer le sirop de fleur d’oranger et portez-le à une température de 117°C.

– Versez immédiatement en filet le sirop bouillant sur le blanc et augmentez la vitesse du robot. Attention, il ne faut pas mettre trop vite non plus, sinon le sirop va gicler et vous pourriez vous brûler avec des éclaboussures !

– Une fois le blanc bien battu (il fait des becs sur le fouet), remplissez la meringue dans une poche à douille.

– Dressez la meringue sur la gelée bien prise, à l’aide de la poche à douille.

– Allumez le chalumeau et faites dorer la meringue. Il est préférable de mettre votre chalumeau sur une puissance faible et d’y aller peu à peu, pour ne pas brûler la meringue.

– Replacez au frais jusqu’au moment de servir.

– Au moment de servir passez la pointe d’un couteau lisse entre le cadre et le gâteau. Soulevez le cadre.

Dégustez bien frais !

IMG_4933

IMG_4936

IMG_4937

IMG_4928

Salviade (beignets de sauge du Frioul)

IMG_4926

Cette semaine c’était l’anniversaire de ma copine Sophie. Son futur mari est italien et la dernière fois que nous sommes allés chez eux, il avait préparé des « salviade ». J’en raffole pour un apéritif à la mode italienne…

J’avais envie d’en refaire, mais j’avais plein d’autres projets alors j’avais presque « oublié ». Et puis son anniversaire cette semaine m’y a fait penser à nouveau. Je vous l’accorde ce n’est pas une recette très « light » à cause de l’huile de cuisson, mais on peut être raisonnable sur les quantités, s’arranger pour que la feuille de sauge ne soit pas perdue dans 10 cm de pâte et surtout, on peut veiller à bien essorer les beignets sur du papier absorbant.

Ingrédients :

  • Un bouquet de sauge (dont une 40 jolies grosses feuilles).
  • 1 oeuf.
  • 65 gr. de farine.
  • 10 cl. de lait demi-écrémé.
  • de l’huile de tournesol.
  • 1 pincée de sel à la truffe noire.
  • 2 tours de poivre du moulin.

Avec ces quantités, il vous restera de la pâte à beignets, mais comme il est difficile de partager un œuf, je préfère en faire plus et jeter le reste. Aussi, si vous êtes plus nombreux, vous pouvez prévoir plus de feuilles de sauge (le double), ou tester des beignets salés à base d’autres végétaux car vous aurez assez de pâte à frire.

Préparation : 10 minutes.

Temps de repos : 2 heures.

Temps de cuisson : 3 minutes (une par « fournée »).

Matériel : une jatte, un fouet, une poêle, du papier absorbant

– Mélangez le jaune de l’œuf, la farine et le lait. Le mélange doit être fluide mais assez dense.

– Laissez reposer deux heures au frais.

– Montez le blanc d’œuf en neige ferme.

– Incorporez doucement le blanc en neige à la pâte à frire, sans casser le blanc, à  savoir en soulevant délicatement la pâte de bas en haut.

– Salez et poivrez.

– Lavez soigneusement vos feuilles de sauge et séchez-les bien.

IMG_4923

– Faites chauffer de l’huile dans votre poêle. L’huile doit recouvrir le fond sur environ 1 cm.

– Plongez les feuilles de sauge dans la pâte à frire et déposez-les dans l’huile chaude.

IMG_4924

– Retournez après 30 secondes.

– Une fois les beignets bien dorés (avec une huile bien chaude mais non bouillante cela devrait prendre 1 minute environ), sortez-les et déposez-les sur du papier absorbant. Recouvrez d’une autre couche de papier absorbant et pressez pour faire sortir le surplus d’huile.

– Répétez l’opération afin que toutes les feuilles de sauge soient prêtes.

– Déposez sur un plat et servez bien chaud!

IMG_4925

Quiche lorraine du potager

IMG_4908

Une première recette salée !

Mon mari est un grand fan de la quiche lorraine. On est français ou on ne l’est pas ! Comme je ne suis pas une immense fan de lardons, mais plutôt de légumes ;-), je la prépare à ma façon : comme d’habitude, en évitant le gras et le sel inutiles, sans cependant renoncer aux saveurs.

J’utilise une pâte déjà prête par gain de temps, puisque je m’attelle à préparer le dîner en rentrant du travail, je ne dispose pas d’assez de temps.

Ingrédients :

  • une pâte brisée.
  • 150 g de dés de jambon blanc.
  • 1 courgette.
  • 1/2 oignon.
  • 1 tomate.
  • 75 g de gruyère râpé.
  • 2 œufs.
  • 1 jaune d’œuf.
  • 1 cs. rase de fécule de maïs (Maïzena) diluée dans 2 cs. d’eau.
  • 20 cl. litre de crème fleurette.
  • 25 cl. litre de lait demi-écrémé.
  • 1 cs. de yaourt nature.
  • 1 pincée de sel (facultatif).
  • 4 tours de poivre du moulin.
  • 1/2 cc. de noix de muscade râpée.
  •  une petite truffe noire.

Préparation : 15 minutes.

Temps de repos : 15 minutes.

Temps de cuisson : 50 minutes.

Matériel : un moule à charnière ou une plaque à tarte à bord haut, du papier sulfurisé, des noyaux de cuisson, une poêle, une jatte, un fouet.

– Abaissez la pâte brisée et garnissez un moule à charnière ou une plaque à tarte avec un haut bord, préalablement beurré et fariné ou recouvert d’un papier sulfurisé.

– Découpez le surplus de pâte et réservez votre abaisse au frais pendant 15 minutes.

– Mettez votre four à préchauffer à 180° C à chaleur tournante.

– Ressortez votre abaisse du réfrigérateur. Disposez un papier d’aluminium ou sulfurisé sur votre abaisse et placez dessus des noyaux de cuisson.

IMG_4901

– Enfournez votre pâte pour une cuisson à blanc.

– Au bout de 8 minutes, sortez la pâte et retirez les noyaux et le papier.

– Continuez la cuisson pendant 8 minutes. Sortez du four et réservez.

– Pendant ce temps, détaillez la courgette, l’oignon et la tomate épépinée en petits cubes.

– Faites-les revenir quelques minutes dans une poêle, sans ajout de matière grasse, avec les cubes de jambon. Mettez de côté.

IMG_4902

– Dans une jatte, versez le lait, le yaourt nature et la crème. Ajoutez les œufs puis la fécule de maïs diluée. Fouettez vivement.

– Ajoutez à votre appareil, le poivre et la muscade, la truffe coupée en fines lamelles, et, si nécessaire une pincée de sel (facultatif, dès lors que le jambon est déjà salé). Fouettez à nouveau afin d’obtenir un appareil homogène.

– Parsemez le fond de pâte précuite de formage râpé. Ajoutez dessus les légumes et les dés de jambon. Répartissez bien ces garnitures sur toute la surface de pâte.

– Coulez lentement l’appareil à quiche au dessus, jusqu’à fleur du haut de la pâte.

IMG_4905

– Enfournez à 180°C pendant 35 minutes.

– Sortez du four et démoulez.

Vous pouvez savourer la quiche immédiatement, chaude, ou la manger froide le lendemain!

IMG_4906

Dacquoise framboises citron

Image

Un entremets aérien, fondant et croquant à la fois, aux saveurs fraîches des fruits et de belles couleurs 100% naturelles

Vous pouvez réaliser ce joli dessert par étapes, en commençant l’avant-veille, car il faut bien laisser reposer au réfrigérateur chaque couche avant de verser la suivante.

Dacquoise :

  • 3 blancs d’œufs.
  • 1 pincée de sel.
  • 15 gr. de sucre cassonade fin.
  • 100 gr. de noisettes moulues.
  • 70 gr. de sucre glace.
  • 1 poignée de noisettes sans coquille (env. 8 noisettes).

Préparation : 10 minutes.

Temps de cuisson : 20 minutes.

Matériel : un cercle à pâtisserie en inox ou, à défaut, un moule à charnière rond de 24 cm de diamètre, un batteur électrique, une maryse, une natte à pâtisserie en silicone ou, à défaut, du papier sulfurisé, un plat de service.

– Préchauffez votre four à 180° C.

– Montez les blancs en neige assez ferme avec le sucre et une pointe de sel.

– Mélangez le sucre glace et les noisettes moulues. Incorporez ce mélange aux blancs en neige, à l’aide d’une spatule.

– Posez la natte à pâtisserie sur la plaque du four et déposez le cercle à pâtisserie dessus (ou le cercle du moule à charnière sans fond). Versez la pâte dans le cercle. Égalisez avec la maryse.

– Déposez les noisettes préalablement grossièrement concassées sur votre pâte.

– Enfournez pour 20 minutes. Le dessus doit être doré.

– Laissez refroidir 5 minutes, puis retirez le cercle et décollez la dacquoise de la natte.

– Déposez la dacquoise sur un plat de service.

Gelée de framboises :

  • 300 gr. de framboises fraîches.
  • 30 gr. de sucre cristallisé.
  • 2 feuilles de gélatine.
  • 150 gr. de framboises fraîches.

Préparation : 15 minutes.

Temps de repos : dans l’idéal, 1 nuit au réfrigérateur, mais au moins 2 heures.

Matériel : une casserole, un bol, un fouet, un mixeur (ou blender), une passoire fine, un cercle à pâtisserie.

Astuce si vous n’avez pas de cercle à pâtisserie en inox : à ce stade, le cercle du moule à charnière n’est pas très adéquat (le liquide peut couler au-dessous…). Vous pouvez donc fabriquer un cercle « maison »!. Achetez un range-document en plastique semi-rigide. Coupez des bandes de 10 cm de haut et agrafez ou scotchez-les afin de fabriquer une longue bande. Nettoyez soigneusement à l’eau et au savon-vaisselle. Séchez. Vous pourrez ensuite placer ce cercle autour de votre gâteau en réglant la longueur et en scotchant pour le fermer.

– Placez les feuilles de gélatine dans le bol et couvrir d’eau froide. Laissez tremper au moins 5 minutes.

– Mixer les framboises et les passez dans la passoire fine afin d’ôter les grains. Si vous être pressés, vous pouvez utiliser des purées de fruits framboises sans sucre ajouté.

– Versez la pulpe de framboises dans la casserole et ajoutez le sucre. Mélangez et faites chauffer.

– Une fois la pulpe sucrée chaude, retirez la casserole du feu.

– Essorez les feuilles de gélatine dans la main et ajoutez-les une à une à la pulpe chaude mais non bouillante. C’est très important, sinon la gélatine perd son pouvoir gélifiant. Mélangez bien pour que la gélatine soit bien dissoute et intégrée à la pulpe.

– Laissez tiédir quelques minutes, en remuant de temps en temps.

– Placez le cercle à pâtisserie autour de la dacquoise (ou votre cercle en plastique « maison »).

– Coulez la pulpe sur le biscuit dacquoise.

– Placez des framboises entières sur le pourtour intérieur du cercle et faire un second cercle plus petit, environ à mi-rayon.

– Faites prendre au réfrigérateur toute une nuit.

Mousse citron :

  • 4 oeufs.
  • 2 citrons BIO.
  • 100 gr. de sucre cassonade fin.
  • 100 gr. de beurre.
  • 3 feuilles de gélatine.
  • 25 cl. de crème liquide demi-écrémée.
  • 1 sachet de soutien-crème.

Préparation : 20 minutes.

Temps de repos : une heure au moins au réfrigérateur.

Matériel : deux casseroles, un bol, un batteur électrique, une maryse, un fouet.

– Placez la crème et le récipient dans le quel vous allez fouetter au réfrigérateur la nuit précédente.

– Plongez des feuilles de gélatine dans un bol d’eau froide et laissez tremper au moins 5 minutes.

– Faites fondre le beurre dans une casserole à feu doux.

– Ajoutez le sucre, le jus d’un citron et les zestes des deux citrons, mélangez.

– Retirez la casserole du feu et ajoutez les œufs battus en omelette.

– Remettez sur le feu et laissez cuire à feu doux et fouettant jusqu’à ce que le mélange épaississe. Retirez du feu et réservez.

– Dans une petite casserole chauffez le jus du second citron.

– Essorez les feuilles de gélatine entre vos mains et incorporez-les une à une, hors du feu, au jus de citron chauffé mais non bouillant.

– Remuez bien jusqu’à ce que la gélatine soit totalement fondue et versez ce mélange sur la crème citron réservée. Mélangez bien.

– Laissez tiédir.

– Montez la crème liquide bien froide en crème fouettée au batteur électrique, en incorporant à mi-parcours la poudre  de soutien. Votre crème fouettée doit être bien ferme mais pas trop battue.

– Une fois le mélange citron bien refroidi, incorporez-le délicatement à la crème fouettée à l’aide d’une maryse.

ATTENTION ! votre mélange citron doit être bien refroidi! Si vous êtes trop pressés (comme moi), la différence de température va entraîner l’apparition de paillettes et votre mousse aura un aspect granuleux …

– Coulez la mousse citron sur la gelée framboises et les framboises entières.

– Placez au réfrigérateur au moins une heure et le temps que vous prépariez la crème citron.

Crème citron :

  • 2 oeufs.
  • 1 citron BIO.
  • 4 gouttes d’huile essentielle de citron.
  • 80 gr. de sucre glace.
  • 50 gr. de beurre.

Préparation : 10 minutes.

Temps de repos : une nuit au réfrigérateur, mais au moins 4 heures.

Matériel : une casserole, un bol, un fouet.

– Faites fondre le beurre dans une casserole à feu doux.

– Ajoutez le sucre glace, le jus du citron et le zeste, mélangez et portez à ébullition.

– Retirez la casserole du feu et ajoutez les deux œufs battus en omelette.

– Remettez sur le feu et laissez cuire à feu doux et fouettant jusqu’à ce que le mélange épaississe et donne une crème.

– Ajoutez les gouttes d’huile essentielle.

– Laissez tiédir.

– Sortez l’entremets du réfrigérateur. Étalez la crème citron sur la mousse et lissez.

– Placez à nouveau au réfrigérateur une nuit entière.

Le lendemain :

– Décorez de framboises fraîches.

– Passez la lame d’un couteau entre l’entremets et le cercle. Retirez le cercle.

Savourez !

Image

Image

IMG_4877

Petits flans à l’amande express

IMG_4857

Une recette rapide et efficace !

Un petit dessert original et léger…

Ingrédients :

  • 1/2 litre de lait d’amandes BIO sans sucres ajoutés.
  • 8 gr. d’agar-agar en poudre.
  • 1 cs d’amaretto (facultatif).
  • 1 ml d’arôme d’amande amère.
  • 75 gr. d’amandes mondées moulues.
  • 1 à 2 cs de sucre cassonade fin.

Préparation : 10 minutes.

Temps de repos : 3 heures (dont 2 heures au réfrigérateur).

Matériel : une casserole, un fouet, un moule en silicone 6x ou 6 ramequins en verre humidifiés.

IMG_4832

– Versez le lait d’amandes dans une casserole avec la poudre d’agar-agar et le sucre (1 à 2 cs selon les goûts). Portez à ébullition, sans cesser de remuer.

– Laissez bouillir le mélange durant 1 minute 30 sec.

– Retirez la casserole du feu.

– Ajoutez les amandes moulues, l’amaretto (si désiré) et l’arôme amande amère.

– Remuez pour bien mélanger, jusqu’à l’obtention d’un mélange homogène.

– Remplir des moules en silicone.

IMG_4833

– Réservez à température ambiante jusqu’à ce que les flans prennent, puis placez-les au réfrigérateur durant 2 heures au minimum.

– Démoulez au dessus d’une assiette et servez avec un nappage chocolat fondu, de la confiture ou un coulis aux fruits, juste un peu de sucre ou, pourquoi pas, du sirop d’érable.

Bonne dégustation !